Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 08:00

Dès la première attaque terroriste du 7 janvier contre l’équipe de Charlie Hebdo, les organisations syndicales CGT, CFDT, CFTC, CFE-CGC, UNSA, FSU et Solidaires se sont unies et ont publié un communiqué commun. Elles se sont coordonnées pour appeler ensemble à participer aux rassemblements des 10 et 11 janvier à Paris et dans toute la France. Leurs principaux responsables se sont réunis le 20 janvier afin d’échanger sur la portée de ces évènements et les conséquences à en tirer pour le mouvement syndical. Les organisations syndicales veulent faire vivre l'esprit qui a mobilisé massivement dans la rue en prolongeant la réflexion sur les questions soulevées dans le débat public. Il a été décidé de mener un travail commun portant sur les différents thèmes qui peuvent renforcer le « vivre et travailler ensemble » dans les entreprises, les administrations ainsi que sur les territoires.

Une première réunion de travail s’est tenue ce 5 février. Les échanges intersyndicaux vont se poursuivre sur les thèmes suivants :

• la lutte contre les discriminations dans l'emploi et la question du dialogue social

• Travailler ensemble, les espaces de solidarité et d’intégration,

• Vivre ensemble aujourd'hui

• les parcours de la citoyenneté de l’école à l’emploi,

• la lutte contre les populismes et l’intolérance. Un travail spécifique sera également engagé sur la question des pratiques religieuses au travail.

Les organisations syndicales, au-delà de leurs sensibilités et approches différentes des questions sociales ou sociétales, s’engagent, sur la base des valeurs qu'elles partagent, ainsi à poursuivre leurs réflexions et actions communes afin de contribuer, notamment dans le monde du travail, à la défense des libertés, de la solidarité, de la laïcité et de la démocratie.

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 08:00

Ce mardi l'équipe de la CFE-CGC Sagemcom recevait Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC et Gabriel Artero, président de la Fédération de la Métallurgie CFE-CGC à Rueil-Malmaison.

 

La matinée s'est déroulée en 2 temps :

- Rencontre avec la direction générale

La direction a pu se rendre compte que le discours de la CFE-CGC au sein de notre groupe était en adéquation avec celui de la CFE-CGC en général. Un discours prévilégiant, l'écoute, le dialogue responsable et la négociation.

 

- Echanges avec les élus, mandatés et adhérents

Un grand nombre de sujets ont pu être abordés avec notre présidente confédéral et notre président fédératels que la négociation, la formation syndicale, la communication, ...  dans une ambiance détendue.

 

Un grand merci à Carole et Gabriel pour leur disponibilité.

 

Une matinée d'échanges intéressante et conviviale
Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 14:00

Malgré la faiblesse de l’ultime proposition de la direction, la CFE-CGC Sagemcom a décidé de signer, le 6 février, l’accord NAO 2015.

 

Cet accord prévoit une augmentation moyenne de 1,5% des rémunérations pour 97% des salariés avec un minimum de 0,3%, à comparer avec une prévision d’inflation en France de 0,3% selon le consensus des économistes. Deux mesures complémentaires de 0,15% pour les évolutions de périmètre d'activités et de 0,15% pour l'égalité professionnelle portent le budget à 1,80% de la masse salariale.

 

Forte de son poids chez Sagemcom, 54,76% tous collèges confondus (55,57% pour les collèges 2 et 3), la CFE-CGC prend ses responsabilités pour l’intérêt supérieur des salariés de l'UES Sagemcom.

 

Pour mémoire, l’accord sur les NAO 2014, signé par seule la CFE-CGC avait permis une revalorisation de 2,1% de la masse salariale alors que l’inflation n’a été que de 0,5%.

 

Cette année, les négociations annuelles obligatoires nous montre la limite de l'exercice. En effet nous devons négocier par rapport à l'infllation prévisionnelle et non par rapport aux résultats de l'entreprise.

 

Bernard MORIN
DSC CFE-CGC Sagemcom

 

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 08:00

A cette heure nous avons une tendance mais vous pouvez encore voter juqu'à 17H00.

Vous avez lu le tract que nous vous avons distribué le 27 janvier 2015 à l'entrée du restaurant d'entreprise et vous avez la volonté de ne pas subir votre avenir dans Sagemcom !

 

Pour nous permettre de vous représenter avec efficacité, prenez le temps de répondre à ce petit questionnaire

Create your free online surveys with SurveyMonkey , the world's leading questionnaire tool.

D'autre part si vous le souhaitez vous pouvez laisser un commentaire ou nous contacter par courriel

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 08:00

A l’heure où le chômage de masse n’en finit plus de frapper nos concitoyens, la CFE-CGC considère que la priorité est de mobiliser toutes les énergies pour répondre à la première des attentes des français, à savoir la bataille pour l’emploi. La CFE-CGC est convaincue que dans un contexte économique marqué par la désindustrialisation, cet impératif passe par une politique industrielle à la hauteur des enjeux, en France comme en Europe.

Malgré l’urgence de cet impératif, il n’y a rien dans la loi défendue en ce moment au Parlement par le Ministre en charge de l’Industrie qui réponde à cet enjeu. C’est pourtant ce que les français sont en droit d’attendre d’une loi que l’on annonce destinée à soutenir la croissance et l’activité.

Pire, cette loi pourrait s’avérer contraire aux intérêts de l’industrie française. Qui peut croire que le développement du transport par autocars, sans réelle régulation, sera sans impact sur la filière industrielle ferroviaire française, pourtant filière d’excellence, du fait de la concurrence frontale créée avec le train ? Et comme le dit Thomas Piketty, ce ne sont pas d’autocars dont les français ont besoin, c’est avant tout d’emplois.

La CFE-CGC est tout aussi convaincue que ce n’est pas en lâchant la bride de l’Etat actionnaire que nous le doterons enfin d’une vision industrielle qui lui fait aujourd’hui défaut et que l’abandon des activités énergie d’Alstom a mis en exergue ? Qui peut enfin croire que c’est en privatisant les aéroports au nom de l’optimisation financière que nous préserverons la souveraineté du pays sur ses infrastructures, que nous faciliterons les investissements productifs dans notre pays et que nous soutiendrons l’industrie aéronautique française ? Les américains ont le libéralisme moins béat…

Dans le même temps, le Premier Ministre a déclaré le climat grande cause nationale. La CFE-CGC doute que le développement des autocars, plus émetteurs de C02 que les trains à traction électrique, y réponde. Elle rappelle aussi que la politique tarifaire en matière d’électricité n’est pas là pour répondre à des compromis politiques grossiers en faveur de quelques lobbies influents, mais plutôt pour faciliter des investissements qui sont essentiels au tissu industriel de notre pays et au développement de filières d’excellence.

La CFE-CGC attend donc du gouvernement qu’il se hisse au niveau des enjeux industriels et économiques de notre pays au lieu de faire des lois Potemkine. Oui à une vraie politique industrielle qui prépare l’avenir du pays dans la compétition mondiale, de son économie et son modèle social. Non à une foi aveugle dans l’idée selon laquelle le progrès, c’est de faire confiance au seul marché et de ne favoriser que la concurrence !


Dossier suivi par : Alain Giffard et Alexandre Grillat
Secrétaires Nationaux
Tel : 06 80 23 50 72 - Mail :
alain.giffard@cfecgc.fr
Tel : 06 85 02 71 20 - Mail : alexandre.grillat@cfecgc.fr

 

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 08:00

A regarder sans modération.

Très didactique et montre la position très claire de la CFE-CGC sur le sujet.

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 08:00

Paris, le 22 janvier 2015

 

Ce matin, la négociation a démarré sur un texte qui non seulement n’avait pas du tout pris en compte les points cruciaux que nous ne cessons de rappeler et de défendre depuis des semaines, mais en plus il était en recul sur le CHSCT.

A l’issue du premier tour de table, le MEDEF était censé revenir vers les organisations syndicales avec une nouvelle rédaction pour redonner de la place au dialogue social dans les entreprises.

En début d’après midi, le Medef a annoncé qu’il était dans l’incapacité de rédiger un nouveau texte.

La négociation a donc pris fin très rapidement. La CFE-CGC ne porte en rien la responsabilité de cet échec qui incombe totalement au patronat qui n’a pas su ou voulu entendre les demandes légitimes de la CFE-CGC.

Négocier, simplifier oui, brader hors de question pour la CFE-CGC.

Nous devons tirer les enseignements de cette négociation « plantée ». Il est urgent de travailler entre organisations syndicales pour proposer une nouvelle méthodologie de négociation plus respectueuse des partenaires et des discussions multilatérales.

Nous ne pouvons plus admettre de subir la méthode imposée par le patronat.

Négocier, ce n’est pas écraser ses interlocuteurs, ce n’est pas tirer la couverture à soi, c’est rechercher des compromis profitant au collectif. Il est regrettable que le patronat n’ait pas respecté ces fondamentaux.

 

Carole Couvert
Présidente de la CFE-CGC
Email : 
carole.couvert@cfecgc.fr

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 22:30

La CFE-CGC va signer l’accord sur les salaires minimaux garantis
des ingénieurs et cadres de la Métallurgie :

+ 0.6 % pour 2015

 

 

Malgré la faiblesse de l’ultime proposition de l’UIMM, la Fédération de la Métallurgie CFE-CGC a décidé de signer, le 27 janvier prochain, l’accord sur la revalorisation des salaires minimaux des ingénieurs et cadres de la Métallurgie.

Cet accord prévoit une augmentation de 0,6% des rémunérations sur l’ensemble de la grille, à comparer avec une prévision d’inflation en France de 0,3% selon le consensus des économistes. Il est assorti d’une clause de revoyure, condition essentielle de la signature pour pallier à tout dérapage éventuel de l’inflation.

Forte de son poids dans la branche, 47,53% sur la convention collective nationale des ingénieurs et cadres, la CFE-CGC prend ses responsabilités pour l’intérêt supérieur des salariés de la Métallurgie.

Pour mémoire, l’accord sur les salaires minimaux 2014, également signé par la CFE-CGC avait permis une revalorisation de 1,1% alors que l’inflation n’a été que de 0,5%.

 

Gabriel Artero
Président Métallurgie CFE-CGC
Tel : 
06 76 60 30 90

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 08:00

Cela fait maintenant plusieurs mois que la négociation sur la modernisation du dialogue social se  déroule dans des conditions quelques peu surprenantes !

Parler de négociation est presque une injure tant le déroulement des différentes rencontres ne répond pas à cette définition.

Les positions de la CFE-CGC sont connues depuis le début et nos points durs ne relèvent pas de la posture mais de l’essence même du dialogue social.

Or à chaque séance, le patronat semble découvrir nos positions !

S' il est vrai, comme peut parfois l’exprimer le patronat dans les salons que le dialogue social est un facteur de progrès économique, alors le texte proposé n’est pas rédigé par des interlocuteurs de conviction!

Ceux qui rédigent ce texte sont en train de tuer le dialogue social dans l’entreprise, et plus généralement le syndicalisme.

Je ne braderai pas ce que je considère comme fondamental au bon fonctionnement de l’entreprise et à sa performance, un dialogue social de qualité qui cherche à concilier les intérêts de l’entreprise et de ses salariés. Je rappelle que les points défendus par mon organisation sont clairs et incontournables :

- le maintien intégral du monopole de négociation et d’engagement pour les délégués syndicaux au nom de leurs organisations syndicales. C’est le fondement même de l’existence et de la légitimité des organisations syndicales,

- le maintien du CHSCT avec toutes ses prérogatives actuelles, la personnalité juridique (seule garantie permettant au CHSCT d'ester en justice) et obligatoire à partir de 300 salariés,

- le maintien de l’existant de nos heures de délégation en contrepartie de la simplification,

- la garantie du parcours de nos militant(e) s, 


- l’augmentation du nombre d’administrateurs salariés pour faire évoluer la gouvernance.

Je ne céderai à aucune pression d’où qu’elle vienne et j’espère que le patronat va sortir de l’autisme dans lequel il est enfermé aujourd’hui. C’est à lui qu’appartient l’issue de cette discussion.

 

Carole Couvert

 

 

 

Dossier suivi par : Carole COUVERT
présidente CFE-CGC
Tel.: 06 16 26 59 43
Mail : C
arole.couvert@cfecgc.fr

 

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
21 janvier 2015 3 21 /01 /janvier /2015 08:00

Coup de projecteur sur les faits marquants de l'année 2014

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article