Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 12:22

Bandeau CP bis

Dans un contexte où le chômage est toujours en hausse, stopper la dérive financière du régime d’indemnisation et répondre à l’attente des demandeurs d’emploi toujours plus nombreux devient un véritable casse-tête.

La nouvelle séance de négociation du 27 février a ressemblé à un match de tennis plus qu’à un acte social de solidarité. Elle a consisté pour la CFE-CGC à contenir les propositions du patronat à la recherche de ressources financières. Face à la dégradation des comptes,

la CFE-CGC s’est efforcée de chiffrer des solutions aptes à préserver les droits des demandeurs d’emploi sur la durée la plus sécurisante possible notamment pour les seniors.

 

La CFE-CGC regrette cependant que le patronat reste sourd à ses suggestions : stabiliser l’avenir de l’Unedic par un partage de l’effort nécessaire entre demandeurs d’emplois, salariés et entreprises par une sur-taxation des contrats courts. Tant que les entreprises continuent d’embaucher en CDD de très courte durée, elles doivent assumer financièrement leur part de responsabilité.

Dossier suivi par : Franck Mikula
Secrétaire national – Emploi et formation
( : 06 08 17 00 66 - - : franck.mikula@cfecgc.fr

Partager cet article

Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 05:56

Bandeau CP bis

Lors du dernier Conseil national de la transition écologique (CNTE), le ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie a confirmé la volonté du gouvernement de mettre la question des transports au cœur de la prochaine conférence environnementale. La CFE-CGC salue cet engagement.

Au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, la France n’a pas hésité à s’engager, dans le cadre européen du Paquet énergie climat, à réduire de 20 % ses émissions de gaz à effet de serre (GES) par rapport à 1990 et à atteindre le «facteur 4» d’ici 2050.

La CFE-CGC est convaincue que la question du transport est au cœur de la transition écologique. Ce secteur représente 26 % des émissions de GES sur le territoire national, 32 % de la consommation finale d’énergie et 70 % de la consommation française de pétrole pour des usages énergétiques. Elle s’est donc étonnée à de multiples reprises que le transport ait été le grand absent du débat sur la transition énergétique.

Après avoir réclamé un vrai débat sur la politique de transports, la CFE-CGC salue donc la volonté du gouvernement d’inscrire ce sujet à l’ordre du jour de la prochaine conférence environnementale. Elle s’engagera pleinement dans ce débat en souhaitant qu’une telle démarche aboutisse à une feuille de route ambitieuse et surtout à des engagements précis de l’État, à l’heure où il est question d’un pacte de responsabilité !

La CFE-CGC est convaincue qu’une politique de développement durable responsable ne saurait éluder la place des transports dans l’organisation de notre société mais aussi dans l’aménagement et le développement des territoires. Il s’agit d’un défi pour la compétitivité des entreprises, l’emploi, le développement industriel, le pouvoir d’achat des ménages et la qualité de vie des citoyens.

La France dispose de nombreux atouts pour être le leader d’une mobilité durable et décarbonée, pourvu que les politiques définissent clairement les objectifs et les moyens par des actions coordonnées s’inscrivant dans le long terme. Selon la CFE-CGC, cette ambition repose sur l’innovation pour faire émerger des filières industrielles à haute valeur ajoutée combinant efficience environnementale, économique et justice sociale.

 

Les enjeux sont importants, les chantiers sont vastes (transports routiers, maritimes, ferroviaires, collectifs…). Seule une réelle Responsabilité sociétale de l’État (RSE) donnera l’impulsion qui lui permettra d’assumer le pilotage d’une politique de transport intégrée, au service de la transition écologique et dotée des leviers permettant de relever les défis.

Dossier suivi par : Georges LOUIS
Délégué National - Développement durable, Energies, RSE et Logement
( : 06 50 22 77 97 - - : georges.louis@cfecgc.fr

Partager cet article

Repost0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 21:07

Mardi 25 février 2014, il y avoir une première dans l'Histoire de Sagemcom, un accord NAO va être signé avec seule la CFE-CGC, organisation syndicale majoritaire. La CFE-CGC va signer cet accord pour ne pas laisser libre cours à la créativité de la direction en matière de politique salariale.

En signant cet accord, la CFE-CGC empêchera la direction de décider:
- d’appliquer les mesures au 1er avril au lieu du 1er janvier 2014 (3/13e de salaire brut).
- de geler les salaires dans certaines entités.
- de diminuer le budget moyen des augmentations.
- de ne pas améliorer la rémunération des brevets.


DE FAIRE N’IMPORTE QUOI EN SOMME

SANS AUCUNE POSSIBILITÉ DE CONTRÔLE !

 

Pour en savoir plus : Tract

Partager cet article

Repost0
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 11:53

Les classes moyennes en ont marre d'être plumées !

 

Deux projets péjoratifs pour la classe moyenne sont dans les tuyaux fiscaux :

• L'individualisation de l'impôt par le prélèvement à la source.

• La non déductibilité de la CSG. 

Un exemple pour illustrer les conséquences cumulées de ces deux projets :

Pour un couple de deux adultes avec deux enfants et un revenu imposable global de 55 000 euros, la non déductibilité totale de la CSG représente un supplément de revenu imposable de 3 643 euros et une perte de pouvoir d’achat de 459 euros.

Pour ce même couple, l'individualisation de la fiscalisation (retenue à la source) pourrait coûter jusqu'à 3 000 euros d'impôts en plus.

Soit près de 3 500 euros d'impôts en plus à payer, donc 3 500 euros en moins de pouvoir d'achat !

Des projets qui viendraient s’ajouter à la fiscalisation de la part "employeur" de la mutuelle (soit près de 500 euros pour notre couple avec deux enfants) et l'augmentation du forfait fiscal sur la participation/intéressement. En attendant une taxe d'habitation calculée en fonction des revenus…

Cette situation est inacceptable !

Dans les trois prochaines réunions organisées pour la remise à plat de la fiscalité, la CFE-CGC s’opposera vigoureusement à ces délires fiscaux portés par quelques despotes. Ces derniers, au nom de l'égalitarisme ou de la redistribution, rêvent d'un nivellement par le bas, au détriment de la classe moyenne, des techniciens et de l'encadrement en particulier.

 

Faudra-t-il descendre dans la rue pour faire entendre la voix des classes moyennes au gouvernement et en finir avec ces délires de matraquages fiscaux permanents depuis 20 mois maintenant ?

Dossier suivi par : Alain Giffard
Secrétaire national – Économie et industrie
( : 06 80 23 50 72 - - : alain.giffard@cfecgc.fr

Partager cet article

Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 20:55

Quels Syndicats représentatifs à Sagemcom vont-ils

laisser la direction faire ce quelle veut

avec sa créativité légendaire?


La CFE-CGC ne mange pas de ce pain-là...!?!...

Partager cet article

Repost0
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 06:00

 

statutstagiaires.JPG

 

Chaque année, 1,6 million de jeunes suivent un stage professionnel dans le cadre de leurs études. Mais ceux-ci ne bénéficient toujours pas d’un véritable statut dans l’entreprise.

 

Une proposition de loi sur le développement, l’encadrement des stages et l’amélioration du statut des stagiaires sera discutée au Parlement à partir du 19 février.

 

La CFE-CGC demande :

• Une gratification obligatoire pour tout stage à partir d’un mois, qui soit croissante avec le niveau de diplôme préparé.

• La limitation de la durée de travail des stagiaires à 35 heures.

• La formation et la reconnaissance des tuteurs en entreprise.

• La garantie de réels moyens dans les établissements pour l’accompagnement du jeune en amont et pendant toute la durée du stage.

 

C’est sous ces conditions que notre organisation acceptera de valider cette démarche.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 16:54

Comprendre la réforme de la formation professionnelle en un coup d’œil

 

Formation-professionnelle.jpg

Partager cet article

Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 22:15

Pour ces négociations annuelles obligatoires sur la politique salariale le temps et les conditions de travail, la CFE-CGC souhaite que soient abordés, les points suivants qui sont bien entendu, non exhaustifs. D’autre part, la CFE-CGC aspire de la part de tous les intervenants à ce que ces négociations collectives soient loyales et sérieuses.

 

 

Evolution des Rémunérations

La CFE-CGC considère que les salariés, toutes catégories confondues, sont les acteurs de l’évolution positive de notre Société et à ce titre ils doivent eux aussi voir les dividendes de ces résultats sur leur salaire.

Bien que favorable à l’individualisation des salaires, la CFE-CGC estime que, dans le contexte actuel, celle-ci montre ses limites et creuse les inégalités pour toutes les catégories de salariés. La méthode de calcul des augmentations utilisée est beaucoup trop pénalisante pour les salariés et plus particulièrement les ’’classes moyennes’’ qui voient la partie de leur salaire soumise aux cotisations de la tranche B (cotisation AGIRC) s’amenuiser ou tout simplement disparaître. D’autre part, un nombre de plus en plus important de techniciens voire de cadres ne cotise même pas à l’AGIRC.

La CFE-CGC demande donc un minimum d’augmentation de 1,2% pour tous et qu’aucun ingénieur et cadre ne soit impacté par la GMP (Garantie Minimum de Points).

 

Revendications CFE-CGC

Augmentations hors évolution de carrières

NAO 2013 (pour l'année 2014)

Masse Salariale : 3% + 0, 1% égalité professionnelle

Mini : 1,2% pour tous

 

 

Evolution de carrières

La CFE-CGC demande que ‘les évolutions de carrières’ soient traitées indépendamment des rémunérations lors des attributions des ’’enveloppes’’ aux Établissements. Cette demande a pour but d’éviter la pénalisation d’une catégorie au bénéfice d’une autre.

La CFE-CGC demande la mise en place d’un suivi concernant les salariés non cadres afin qu’ils puissent évoluer au fur et à mesure des responsabilités qui leur sont confiées.


Aménagement du temps de travail

Ajout d’un JOTT pour les non cadres

Possibilité pour les non cadres d’accoler 5 fois par an 2 demi-journées.

 

 

Equilibre vie professionnelle / vie familiale

La prise en charge à 100% des 4 ‘jours enfant malade’

La mise en place d’un ‘jour enfant malade’ supplémentaire par enfant au-delà du premier enfant.

Comme cela est déjà appliqué dans certaines entreprises, la CFE-CGC demande que les salariés au 4/5 soient payés à 85% au lieu de 80% (Cela permet au salarié d’avoir une prise ne charge de sa cotisation retraite à 100% tout en ayant un net de 80%)

Amélioration du CESU.

Extension du ’’service à la personne’’ pour les salariés ayant une personne à charge (descendant ou ascendant) ou attendant un enfant

Extension de la limite de prise en charge de 300 à 400€ par an et par salarié.

Mise place à la conciergerie d’une prestation ’’Esthéticienne’’ et d’un point Yoga.

 

 

Conditions de travail

La CFE-CGC demande la mise en place

du remboursement à 100% du titre de transport et son application à tous les salariés utilisant les transports en commun.

Mise en place d’une prime de transport pour les salariés utilisant leur voiture.

 

La CFE-CGC demande l’ouverture de négociations sur la mise en place du télétravail au sein de l’UES.

 

 Dossier suivi par : Bernard Morin
Délégué Syndical Central
bernard.morin@cfecgc-sagemcom.com

 

Partager cet article

Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 11:56

 

Carole Couvert, présidente de la CFE-CGC et Charles Huet, auteur du Guide des produits Made in Emplois vous invitent au lancement de l’application mobile «Made in Emplois» le jeudi 13 février 2014 à 9 h 00 à la Maison de la CFE-CGC - 59, rue du rocher à Paris.


madeinemploi.JPG

 

 

 

Partager cet article

Repost0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 11:42

La CFE-CGC  change de nom et nous confions cette opportunité à nos adhérents !


ChangementNomWebPetit

 

Nous proposons aujourd’hui, à tous nos militants et adhérents d’écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire de la CFE-CGC.

Accédez à la plateforme collaborative pour proposer le nouveau nom de notre organisation.

Si vous n'êtes pas encore adhérents, contactez un de vos représentants CFE-CGC. ou adhérez vite pour pouvoir participer à l'écriture de cette nouvelle page de l'histoire du syndicalisme français.


C'est à vous de jouer pour le nouveau nom de notre organisation !

 

 

A ce jour, une des propositions de la CFE-CGC Sagemcom parmi plus de 1600 est dans le Top20.

Partager cet article

Repost0