Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 10:00

 

Un point météo: le beau temps de retour ?

 

Nous avons décidé de traduire notre retour du CCE avec un brin d’humour, une fois n’est pas coutume. Il n’empêche que notre analyse se veut sérieuse et documentée.

 

Situation générale : Après un violent épisode tempétueux qui a touché l’ensemble des départements à l’exception de ceux de Broadband (hors DECT et accessoires), un temps clément est en train de s’installer sur Sagemcom avec une hausse de température au-dessus des moyennes saisonnières (aucune activité déficitaire).

 

Département comptage : Les nappes phréatiques atteignent un niveau record et vont permettre une bonne irrigation des sols pour les prochaines années. Le travail de labour et de culture devrait favoriser de prochaines bonnes récoltes avec un ensoleillement généreux. D'un point de vue local, la zone allemande subit des brouillards dont la dispersion n'est pas encore garantie. La zone Ibérique reste sous la menace d’une dépression.

 

Département solution énergie : La saison des cyclones a épargné cette zone, l'activité électrique des cellules tropicales permettent d'assurer une production autonome et un développement vers les zones rurales est lancé. Les réserves sont de bon niveau.

 

Département matériel de projection : Les vents favorables ont chassé les nuages et permettront de voir la nuit étoilée. Néanmoins la comète Screeneo ne scintille pas autant que prévu. D'autres véhicules d'exploration spatiale devront être lancés pour assurer un maillage suffisant du réseau. L'expérience russe d'une usine à vapeur pour rendre la zone maraichère et élevage de bœuf en bourguignon ne prend pas.

 

Département Fax IP : L’air sec et vivifiant venu du Canada s'installe correctement sur la France mais n'arrive pas à s'imposer dans les autres pays de façon durable.

Département téléphonie grand public : Le paysage splendide établi suite à une pluie verglaçante avec rayons de soleil reste éphémère. D'autres approches design devront briller de tous leurs éclats.

 

Activité ’’sans papier’’ : La tempête a presque tout balayé, beaucoup de bons éléments dérivent vers la région des Box ou ils seront repêchés et bien accueillis. Le cap est mis vers des zones de hautes pressions, est-ce que la fusion prendra ou sera-t-elle avalée par la prochaine dépression ?

 

Département box internet opérateur : Une série de phénomènes remarquables s'enchaine et demande de nombreuses adaptions pour garder une production propice à de nouvelles exportations. Les réseaux câblés, optiques et filaires offrent une meilleur résistance à ces changements, le câble présente les meilleures opportunités. Les orages monétaires brésiliens perturbent un peu la visibilité sur cette région.

 

Département Box TV Opérateurs : Le temps clément sur la France a favorisé les livraisons au delà des espérances en bénéficiant des quelques avaries de nos compétiteurs. Les livraisons sur la zone Europe restent très difficiles. La boisson énergisante 4K rencontre une commercialisation plus lente que prévue. Les tempêtes monétaires russes et brésiliennes affectent le marché, de même les fusions d'opérateurs introduisent des incertitudes…

 

En bref: Les phénomènes monétaires perturbent notre économie comme la Niña ou El Niño, il reste à connaitre les zones qui seront épargnées ou pas, sinon, la récolte 2015 s'annonce sous les meilleurs auspices.

 

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 08:00

La deuxième réunion de  négociations  annuelles  obligatoires  sur  la  politique  salariale  le temps  et  les conditions de travail a eu lieu le vendredi 09 janvier 2015 à 10H00.

Nous avons transmis nos revendications à la direction et vous avez la posibilité d'en prendre connaissance en téléchargeant le document ci-dessous.

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 11:10

Le dialogue social et le progrès économique sont-ils inconciliables?

La CFE-CGC ne le pense pas, mais la voie n'était pas encore trouvée en fin de séance hier.

Le patronat reste frileux et la CFE-CGC attentive à la sauvegarde des fondamentaux du dialogue social.

Comment imaginer qu'en si peu de temps, le dialogue social soit refondé et ses particularismes redéfinis en toute sécurité ?

Pour la CFE-CGC, l'enjeu est de taille. Il nous faut tout à la fois sauvegarder les instances liées aux conditions de travail et de sécurité et réaffirmer le poids des organisations syndicales tout en  conservant les moyens des élus d'être des partenaires responsables, qualifiés et efficaces de l'entreprise tant pour l'avenir des emplois que pour le bien-être des salariés.

Quelques avancées, certes, ont vu le jour mais les demandes de la CFE-CGC sont loin d'être satisfaites et les concessions du patronat sont bien lentes !

Comment imaginer que la construction d'un conseil d'entreprise, puisse s'écrire sans précautions ?  Une fusion d'instances n'est pas un jeu d'enfant. La CFE-CGC ne lâchera pas à l'aveuglette les paramètres au service d'un dialogue social de qualité et fera de nouvelles propositions pour améliorer le texte proposé et répondre à nos attentes.

Saura-t-on réconcilier sécurité et créativité, modernisation et progrès social ? La CFE-CGC poursuit cette négociation, dans une logique novatrice et dans le respect de ses élus.

Mais hier, la négociation ne pouvait  aboutir.  La CFE-CGC ne peut valider un texte fragile et déséquilibré qui mettrait en danger nos sections syndicales et notre représentativité.

 

Dossier suivi par :       Marie-Françoise Leflon

                                    Secrétaire générale
Tel : 06 77 94 25 77 -  Email : 
mariefrancoise.leflon @cfecgc.fr

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 08:00

Les partenaires sociaux se sont réunis aujourd'hui, vendredi 16 janvier, au siège du MEDEF, pour ce qui devrait être la dernière séance de négociation sur la modernisation du dialogue social, après quatre mois de discussions.
La délégation CFE-CGC, menée par Marie-Françoise Leflon, secrétaire générale, accompagnée de Christine Diebold et de Jean-Michel Pecorini, s'est penchée ce matin sur un nouveau texte proposé par le MEDEF et l'UPA, tant le texte remis hier était inacceptable.

Quelles sont les évolutions qui se dessinent au sein des entreprises?

Dans le projet du MEDEF, le dialogue social reposerait sur un Conseil d'entreprise qui regrouperait toutes les instances élues (CE, DP, CHSCT) et désignées (DS) dans toutes les entreprises à partir de 11 salariés.

Pour la CFE-CGC, ces points sont incontournables :

  • le maintien de la personnalité juridique de l'instance chargée des conditions de travail de santé au dessus de 300 salariés

  • le monopole de négociation

  • le maintien des heures de délégation

  • la reconnaissance du parcours syndical des militants syndicaux

  • l'obtention davantage d'administrateurs salariés


La négociation continue. La CFE-CGC défendra ses positions jusqu'au bout.

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 08:00

Est-il possible de parler du travail sur son lieu de travail ? On croyait la question tranchée depuis 1982 lorsque Jean Auroux avait expliqué au patronat incrédule, autoritaire ou paternaliste que « l’entreprise ne peut plus être le lieu du bruit des machines et du silence des hommes ». Aujourd’hui, le Medef reprend l’initiative et aimerait bien poser une sourdine sur ce qu’est devenue… la parole des hommes. C’est l’objectif d’un projet d’accord présenté au organisations syndicales en vue d’une dernière séance de négociations sur le dialogue social au mois de janvier.

L’ambition des fameuses lois Auroux était de mettre à égalité de dignité, le pouvoir et le contre-pouvoir dans l’entreprise. Pour cela, elles ont notamment créé les Comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). Il s’agissait, grâce à des institutions représentatives du personnel originales, de redonner la parole sur leur travail à ceux qui le réalisent et d’intervenir sur les conditions de travail par le biais de représentants élus. Même s’il a un nom impossible à prononcer et ne délivre ni cadeaux de fin d’année ni chèque vacances, en trente ans, le CHSCT a conquis ses lettres de noblesse auprès des salariés. Il permet en effet une mise en débat du travail réel.

En 30 ans, l’institution a beaucoup évolué. En réalité, elle s’est modifiée avec la santé des salariés : on parlait au départ surtout d’accidents du travail et de troubles musculo-squelettiques. Les CHSCT se sont ensuite préoccupés des lieux pollués par l’amiante et au milieu des années 2000, ils ont été les premiers à enregistrer les mutations du travail et l’irruption du stress et des risques psycho-sociaux. En 2008, par exemple, c’est l’un des CHSCT de Renault à Guyancourt qui alerte et lance l’enquête sur le suicide des cadres du Technocentre. Chez France Telecom entre 2009 et 2010 les CHSCT de l’entreprise ont joué un rôle essentiel dans le traitement de la crise humaine et sociale. Dans toutes les entreprises dotées d’un CHSCT, celui-ci dispose de moyens d’urgence. Ses représentants peuvent inspecter des lieux de travail, mener des enquêtes, recourir à des experts indépendants voire déclencher des procédures de danger grave et imminent. Le CHSCT a aussi depuis peu un rôle de « lanceur d’alerte » dans les situations graves. Ce rôle a été récemment renforcé concernant les atteintes à la santé publique ou à l’environnement. Au-delà de ces situations d’urgence, cette instance assume une fonction essentielle en régulation et en prévention des risques résultant des changements organisationnels.

Est-il l’heure de clore 30 ans de prévention des risques professionnels et d’amélioration des conditions de travail ? Faut-il rappeler que plus de 70 % des accidents mortels sur le plan professionnel se déroulent dans des entreprises sans CHSCT ? Faut-il souligner que le CHSCT est le lieu privilégié de coopération et d’échanges constructifs en matière de prévention à la fois de la médecine du travail, de l’inspection CARSAT et de l’inspection du travail ? Faut-il faire savoir que cette instance spécialisée qui s’inscrit parfaitement dans les avancées réglementaires européennes a permis à des milliers de femmes et d’hommes de s’investir de manière altruiste dans la prévention des risques au sein des entreprises ? Faut-il casser cette dynamique positive en prenant le risque de la confusion et du délitement au sein d’un conseil d’entreprise comme l’envisage le projet du MEDEF ?

Le CHSCT est désormais une force reconnue dans l’entreprise, un véritable « pouvoir d’agir ». C’est d’ailleurs ce qui gêne les employeurs puisqu’en matière de santé et de sécurité leur responsabilité peut être directement engagée. Sans doute, comme tous les corps intermédiaires, le CHSCT doit-il évoluer et se mettre encore plus à l’écoute des salariés et des transformations du travail réel. Mais en aucun cas, il ne doit cesser d’être cet acteur majeur dédié entièrement à la prévention. L’Etat l’a fort bien compris puisqu’à la suite des accords de Bercy en 2009, la loi a étendu les compétences et les prérogatives du CHSCT à toutes les fonctions publiques en lui conférant de nouveaux moyens de fonctionnement. C’est le maintien de ce droit et de cette dignité que les salariés du secteur privé demandent aujourd’hui !

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 08:00

La négociation sur la modernisation du dialogue social va entamer son dernier round.

Compte tenu des évènements de la semaine dernière, la CFE-CGC espère que le patronat saura entendre les nombreuses propositions que nous avons portées depuis le début de cette négociation afin de simplifier le dialogue social tout en refusant de le brader.

Toujours concrète, toujours imaginative, toujours volontaire, la CFE-CGC a porté de nombreuses propositions en faveur d’un dialogue social performant et de qualité utile à la compétitivité des entreprises et indispensable au bien être des salariés.

C’est pourquoi la CFE-CGC portera des revendications pour un vrai dialogue social fondé sur le partage loyal des informations, le respect des avis qui éclairent les décisions, l’attention plus grande à l’anticipation et la prévention.

Nous serons particulièrement vigilants sur le CHSCT, sa personnalité juridique, la pérennisation de ses missions et prérogatives, ses moyens et ses compétences.

La CFE-CGC est prête à simplifier mais refuse la baisse des moyens du droit syndical en entreprise.

Pour rendre aux entreprises un dialogue de qualité, la CFE-CGC porte haut et fort les fondements d’un parcours du militant reconnu à sa juste valeur.

Enfin, comment imaginer une véritable évolution des pratiques et de la gouvernance des entreprises sans renforcer en même temps la présence des administrateurs salariés dans la structure de tête ?

Pour la CFE-CGC un tel dialogue social serait enfin un véritable levier de performance des entreprises !

Simplifier, moderniser… oui … à condition de ne pas y perdre nos militants en cours de route et nos conditions de travail au passage …

Le patronat sera-t-il être au rendez-vous ?

 

Dossier suivi par : Marie-Françoise Leflon
Secrétaire générale
Tel : 06 77 94 25 77

Email : mariefrancoise.leflon @cfecgc.fr

 

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 08:00

Dans la négociation actuelle, les partenaires sociaux parviendront-ils à faire cohabiter, simplification, modernisation du dialogue social et maintien des acquis sociaux concernant la santé et la sécurité des salariés ?

Au fil des ans, le CHSCT a réussi à devenir une instance de prévention qui met le travail au cœur des entreprises et à faire prendre en compte par les employeurs, la santé mentale des salariés.

Oui, le CHSCT a un droit d’alerte, un droit d’enquête qui lui permettent de faire des préconisations qui devraient être prises en considération par le chef d’entreprise dans le cadre de son obligation de résultats.

Oui, le CHSCT a un pouvoir indispensable, celui de demander des expertises lorsque l’employeur ne tient compte ni de son avis ni de ses conclusions…

La CFE-CGC est attachée à cette étape-clé de l’entreprise qui réfléchit sur l’organisation du travail et les conséquences des projets économiques sur les risques psychosociaux. La CFE-CGC défend ce lieu d’échange qui doit garder ses prérogatives et ses moyens de fonctionnement. Comment construire une politique de prévention si les entreprises ne se donnent pas les moyens de mettre en place un dialogue social efficace, anticipatif et sécurisant ?

De même, c’est le médecin du travail, ce professionnel en première ligne, qui écoute la souffrance au travail, à titre individuel, protège le salarié du danger et répercute ses alertes à titre collectif sur le CHSCT. Une simplification tous azimuts va le mettre encore plus en danger.

La négociation actuelle ignore les recommandations du rapport VERKINDT, fait régresser les bases des lois AUROUX et affaiblit le professionnalisme des membres du CHSCT.

La CFE-CGC espère que le Patronat redeviendra raisonnable et saura, dans son prochain texte, redonner aux conditions de travail et à la prévention, la place d’honneur fondamentale pour l’expression du dialogue social et le bien-être des salariés.

La CFE-CGC n’acceptera pas de brader les conditions de travail des salariés.

Dossier suivi par : Martine Keryer 
Secrétaire nationale du secteur Santé au travail et Handicap
Tel : 06 61 80 96 25 Mel : martine.keryer@cfecgc.fr

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
13 janvier 2015 2 13 /01 /janvier /2015 08:00

Au sommaire de ce premier numéro de l'année :
- SNCM : notre représentant CFE-CGC nous explique la situation
- Déclaration d'impôts : frais réels ou abattement de 10% ? Quelle solution choisir ?
- Loi Macron : les impacts sur le conseil de Prud'hommes

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 08:00

Un nombre significatif de salariés nous demandent comment est calculé le forfait en jours chez Sagemcom; un petit rappel n'est donc pas fortuit.

 

Calcul détaillé pour 2015

1- Nombre de jours de l'année 2015 : 365 jours

2- Nombre de dimanches : 52 jours

3- Nombre de jours fériés : 8 jours

4- Nombre de samedis : 52 jours

5- Nombre de jours pouvant être travaillés : 365 -(52 + 8 + 52) = 253 jours

6- Congés légaux : 25 jours

7- Journées supplémentaires Sagemcom : 2 jours

8- Durée légale : 218 jours

9- Calcul du nombre de jours de RTT : 253 - (218 + 25 + 2) = 8 jours

10- Journée de solidarité (Lundi de Pentecôte) : 1 jour

11- Nombre maximum de jours travaillés : 218 - 1 = 217 jours

 

Conclusion :

Hors jours de congés d'ancienneté, vous devez travailler un maximum de : 217 jours.

 

 

Calcul du nombre de jours de congés d'ancienneté

1- Si vous avez 1 an d'ancienneté  : 2 jours.

2- Si vous avez 2 an d'ancienneté  : 3 jours.

 

Les jours d'anciennetés viennent en déduction du forfait, si bien que le nombre de jours théoriques travaillés est dans cette hypothèse :

   - de 215 jours pour les salariés ayant 1 an d'ancienneté

   - de 214 jours pour les salariés ayant 2 ans d'ancienneté

 

N'hésitez pas à nous contacter si besoin mail box

 

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 21:31

Nous avions prévu de vous communiquer la copie des revendications que nous allions porter dès vendredi lors des NAO 2015.

L'actualité et notre attachement à la liberté d'expression nous impose de rendre hommage à ces personnes dont l'engagement et le talent ne sont plus à démontrer.

 

Nous sommes tous CHARLIE!
Repost 0
Published by CFE-CGC Sagemcom
commenter cet article