Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 21:50

Le champ des possibles

.
Au cours de son intervention télévisée du 25 janvier, le chef de l’État a tenu des propos qui ont particulièrement retenu l’attention de la CFE-CGC. Nicolas Sarkozy a tout d’abord affirmé : «Je n’accepterai pas une diminution des retraites !».
 
Nous sommes d’accord ! Et voilà un paramètre de l’équation figé. Il reste à examiner toutes les autres variables...
 
J’observe, au travers des déclarations des uns et des autres, parfois contradictoires, qu’au-delà des postures convenues, chacun s’efforce de laisser ouvert le champ des possibles. C’est plutôt positif.
 
En ce qui nous concerne, fidèles à ce qui nous caractérise, nous ne commencerons pas par tenter de montrer nos muscles. Nous allons dialoguer, négocier, proposer pour parvenir à un vrai projet qui ne soit pas un rafistolage de plus qui ne dure que le temps d’un papillon.
 
Examinons l’ensemble des données. Projetons-nous dans l’avenir. Bâtissons un système qui donne confiance à toutes les générations. N’opposons pas les uns aux autres, le public au privé, le privé aux régimes spéciaux. Ne déshabillons pas Pierre pour habiller Paul.
 
Ne focalisons pas sur l’âge légal de départ en retraite ! Autorisons le départ pour tous au bout de 41 ans en 2012. Réglons le dossier pénibilité. Travaillons pour parvenir au plein emploi. Balisons le terrain. Imaginons des étapes et des clauses pour valider telle ou telle option.
 
Ne nous laissons pas intoxiquer par tel ou tel article de presse. Ainsi, Le Point s’est fait l’écho d’un possible versement de 5,6 milliards d’euros, de l’AGIRC/ARRCO vers l’IRCANTEC, à propos des salariés de La Poste. La loi adoptée par le Parlement et non encore promulguée traite des conséquences du changement de statut. Nous travaillons depuis septembre avec Bercy sur ce dossier. Cinq scénarios ont été envisagés. Si, d’ici le 30 juin, nous ne parvenons pas à un accord équilibré, l’État tranchera par décret. Alors, si le gouvernement passe en force en spoliant l’une quelconque des parties, la CFE-CGC le criera ! Voilà un acte qui pourrait mettre des millions de manifestants dans la rue !
 
Autre propos de Nicolas Sarkozy : il a justifié le principe de la taxe carbone en expliquant qu’il s’agissait de rétablir l’équilibre avec des produits élaborés dans des pays qui ne respectent pas les normes environnementales. Le président de la République souhaite que cette taxe soit établie aux frontières de l’Europe. C’est exactement le raisonnement que tient la CFE-CGC avec sa proposition de cotisation sociale sur la consommation ! Que nous puissions au moins récupérer une recette pour financer notre protection sociale à défaut des emplois que nous avons perdus, notamment dans la filière électronique industrielle.
 
Comme quoi, les lignes bougent. Et si nous savons nous écouter, nous devrions nous entendre. Pour régler une bonne fois pour toutes nombre de défis que nous avons à relever pour nous tous et les générations futures !
 
Bernard Van Craeynest
Président de la CFE-CGC

Partager cet article

Repost 0
Published by CFE-CGC Sagem Communications - dans Confédération - Fédération - Syndicat
commenter cet article

commentaires