Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 06:05

Bandeau CP bis

L'objectif de la CFE-CGC est de permettre au régime d'assurance chômage de jouer son rôle d’amortisseur social en offrant un revenu de remplacement aux salariés victimes de la perte de leur emploi.

En période de crise, ce régime subit un déséquilibre comptable dû à un décalage entre le nombre d’emplois existants, le nombre d’emplois créés et le nombre de demandeurs d’emploi indemnisés.

Faut-il que ce déséquilibre soit financé par les demandeurs d'emplois déjà en difficulté ? Pour la CFE-CGC, c'est non !

Afin de conserver un régime d’assurance chômage pérenne, la CFE-CGC demande une augmentation du niveau de contribution des entreprises qui, par l’usage qu’elles font des CDD de très courtes durées, sont à l’origine du déséquilibre de l’UNEDIC.

Dans cet objectif, la CFE-CGC estime nécessaire que la cotisation UNEDIC soit portée à 11,40 % sur les CDD de moins d’un mois et que cette cotisation diminue de 1 point par mois supplémentaire de durée de contrat (cotisation normale pour les CDD d’au moins 6 mois).

La CFE-CGC rappelle que le but cette négociation est de protéger les droits des demandeurs d’emploi…

 

Elle refuse, de manière ferme et définitive, que le plafond des 75 jours du différé d’indemnisation applicable aux salariés qui ont perçu des indemnités de rupture supérieures au minimum légal soit supprimé. Les salariés qui ont perdu leur emploi ne doivent pas être sanctionnés une deuxième fois par ce différé d’indemnisation qui les conduirait à ne percevoir aucune allocation chômage pendant une durée… indéterminée, mais très longue.

Partager cet article

Repost 0

commentaires